Informations sur l’accessibilité du site

June East

Chambre 17

The End / Et puis… log.

On dit que juste avant de mourir, on voit sa vie défiler devant ses yeux en une seconde.

Éric n’avait pas voulu rentrer directement à Paris. Rouler de nuit, avec la fatigue. Déjà qu’il se reprochait de prendre une femme enceinte sur sa Harley… Il mit le turbo vers Genève sous un magnifique soleil couchant. Du monde sur l’autoroute. Ce trajet n’en finissait pas. Nous aurions dû rester à l’auberge et ne partir qu’au matin. Mais Pollux souhaitait ma signature sur un nouveau contrat. Fin des vacances, retour à la vie réelle. Les lumières des phares des véhicules en sens inverse m’éblouissaient. Je fermai les yeux et luttai pour ne pas m’endormir.

Dans mes rétines, j’ai vu défiler notre rencontre, le 2 juillet, quand j’ai ouvert la porte de la chambre 17 sur lui après avoir mis la musique à fond exprès pour le faire venir à moi. J’ai vu notre virée à Genève, quand je me suis calée tout contre lui sur sa moto pour la première fois. Je l’ai revu me présenter Pollox qui a changé ma vie professionnelle en devenant mon agent. J’ai revu Gabin, j’ai revu Morgan. J’ai vu quand j’ai quitté sa chambre au petit matin après notre première nuit ensemble. J’ai vu ma tristesse d’être seule à Paris alors que lui était resté à l’auberge. J’ai revu l’ivresse d’un week-end quand il est venu quelques jours chez moi. J’ai revu mon retour-surprise dans le Jura. J’ai vu que je tombais amoureuse en le regardant écrire ses scénarios, stylo dans une main, cigare ou whisky dans l’autre. Je nous ai revu lire Albert et Maria. J’ai revu nos balades, nos ébats, nos rires. J’ai revu cette journée romantique à Saint-Claude. J’ai vu nos taquineries. Je l’ai revu gazouiller devant un bébé. Je me suis vue courir comme une folle autour du lac avant d’acheter tous les tests de grossesse du Jura. J’ai vu notre joie. Je l’ai vu au piano. Je l’ai revu me présenter comme sa femme. J’ai revu notre départ de l’auberge aujourd’hui même pour Genève. Je l’ai revu se retourner vers moi sur le parking comme s’il essayait de me demander quelque chose sans y parvenir. J’ai revu cet interminable trajet vers la Suisse. J’ai revu notre dernier éclat de rire quand le réceptionniste du Grand Hôtel nous a attribué la chambre 17. Dans celle-ci, je l’ai vu poser son genou à terre après une merveilleuse déclaration d’amour. J’ai revu tout ce qu’il a fait pour moi depuis le premier jour. J’ai vu Je vois notre regard vers l’avenir.

Je ne sais pas si on revoit sa vie avant de mourir. Mais pour les états d’esprit proches du paradis, j’en ai maintenant la certitude.

« Oui ! »

Bien sûr que je voulais être « sa Lauren pour la vie » et qu’il pouvait me « siffler chaque heure du jour et de la nuit ». La réponse est sortie toute seule, sans la moindre hésitation. Comme une évidence.

« Pas d’enfant, pas de mariage », qu’elle disait ! Trois mois dans le Jura avaient suffi pour que je renonce à deux de mes piliers. Je ne me sentais même pas en déséquilibre puisqu’ils avaient été remplacés par Éric et ce petit-bout-de-nous qui poussait désormais en moi.

Pour deux personnes qui devaient se reposer avant de prendre la route pour Paris le lendemain, la nuit fut encore épique…


Pas un son dans cette chambre de palace sur le Léman. La lumière du matin filtre à travers les voilages des fenêtres. Éric dort du sommeil de l’enclume. Le repos du guerrier après avoir été un merveilleux compagnon d’armes. Je ne lui exprimerai jamais assez ma gratitude. J’ai les yeux ouverts. Sereine. Heureuse.

Il faudra que je remercie encore Jeanne (et son “grand-personnel”) d’avoir créé le cadre idyllique pour cette rencontre. Je repense à notre séparation d’hier soir, nous étions toutes deux un peu gênées en nous embrassant. Comme deux nouvelles copines qui après un fol été se font la promesse de se revoir sans savoir si elles pourront l’honorer vraiment…

J’attrape mon téléphone sur la table de chevet.

SMS à SuperJeanne :
Dis, j’ai oublié de te demander un truc.
Vous faites les mariages à l’auberge ? 🤵💍👰
😉

SMS à Comtesse AKvA :
Chère Ann-Kathrin, Cher Akikazi,
Il se pourrait que la presse people remette Éric en couverture. 🤵💍👰
Il est bon le champagne vénitien ? 🥂🍾

SMS à CoupineNatou :
Éric a posé une question. 🤵💍👰
Et j’ai répondu « Oui ».
Tu n’es pas obligée de faire la cocotte-minute.
J’ouvre la fenêtre pour voir si on t’entend hurler de joie jusqu’en Suisse.


Il est si beau.

Je le réveille ou pas ?

J’ai envie d’entendre le son de sa voix.

É. <3  É.

:-*

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Envoyer un rétrolien vers cette page

URL de rétrolien : https://auberge.des-blogueurs.org/trackback/1105

Haut de page