Informations sur l’accessibilité du site

June East

Chambre 17

La Vie Rêvée des Anges

Les Gondoles, Venise. Éric au top du romantisme. Les rires avec Ann-Kathrin et Akikazi sur le Rialto. Les balades dans les ruelles qui enjambent les petits canaux. La Place Saint-Marc, le Palais des Doges, le Pont des Soupirs. Soupirs devant tant de splendeurs. Les relations d’Ann-Kathrin nous ouvrent les portes des plus beaux palais sur le Grand Canal. Magique.

Lecture du scénario définitif du Nicole Garcia. Un grand premier rôle, de méchante en plus. J’ai pour partenaire Pierre Niney (le vrai, pas celui-qu’on-croyait-qui-mais-qu’était-pas-et-puis-si-mais-au-final-non). Comblée ! Éric apprécie moyen.

Week-end chez mes parents pour leur présenter Éric et leur annoncer la bonne nouvelle. Liesse générale. Nous ne voulons pas savoir s’il s’agit d’une fille ou d’un garçon. Éric adore Maman. Le sentiment est réciproque.

Excellente ambiance sur le plateau de Nicole Garcia. Tournage idyllique de six semaines intenses et vraiment réjouissantes. Aucun signe de fatigue. Bons échos et bouches à oreilles de ma prestation, Pollux me couvre de scénarios et de projets.

Vacances de Noël dans le Jura. Joie de retrouver Jeanne et les amis. Ils sont tous là. Ma pétulante Natou, Henri, Lucien, Vernon et Gaston qui a coupé ses cheveux courts pour se rajeunir. Même Alexeï est de retour ! Les travaux réalisés sont impressionnants. Marco s’est installé chez Jeanne. Elle déborde d’énergie avec ce nouveau défi hivernal. Le lac est gelé, nous rions toutes les deux de ne plus avoir à l’imaginer. Je couve sous la véranda en me droguant de chocolats chauds. Éric s’est mis au ski de fond. Adèle a grandi d’au moins un mètre trente douze ! Retrouvailles avec les AKvAki et également les époux Midaloff qui sont venus avec leur club de danse. Et bien d’autres visiteurs de l’auberge de l’été dernier, Calliste et Arthus, Paul et Sigfried, et Côme avec un bel hidalgo… Feux d’artifice sur le lac pour la Saint-Sylvestre. Des étoiles dans le ciel qui se reflètent sur nos yeux jusque dans nos cœurs.

J’ai des nichons de folie ! Éric valide.

Éric est à fond sur le scénario de son adaptation de Camus/Casarès. Je me prépare à incarner Maria. On cherche toujours un Camus. Tournage prévu pour quand j’aurais retrouvé une taille après l’accouchement. D’ici là, j’aurais peut-être convaincu Éric de jouer Albert.

J’ai poussé, j’ai crié, le bébé est né ! Je suis maman, Éric est papa ! Trop de bonheur.

Le bonheur, ça fatigue un peu quand même et ça bouffe du temps. Mais ça vaut le coup.

Sortie du Nicole Garcia. Promo presse et tv. Bonnes critiques. Gros Succès.

Le biopic sur Mae West est un échec cuisant et signe la fin de la carrière de Charlize Theron. Bitch please !

Escapade en famille au Brésil. Premiers pas du bébé sur la plage de Copacabana. Il a tout de même fallu le porter jusqu’en haut de la pyramide de Chichén Itzá.

Montée des marches à Cannes. Palme d’Or pour Javot et son Camus/Casarès. Il retient ses larmes sur scène. Je pleure pour deux dans mon fauteuil rouge.

Jeanne en visite à Paris. Girl talk & shopping. Tellement bon de retrouver sa copine.

Tournages / Promos / Avant-premières en mode repeat

Un César ! Très émue. Éric et nos deux enfants m’offrent une standing ovation.

J’apprends enfin par Maman que son frère avait zigouillé l’Aigle Noir. Il y a des secrets de familles qui sont plus cool que d’autres. Elle aurait pu me l’avouer plus tôt.

Vacances de Pâques dans le Jura avec toute la petite bande. Jeanne a de nouveau réalisé des travaux pharaoniques. Son auberge explose les chiffres sans perdre de son charme.

Tournages / Promos / Avant-premières en mode repeat. Pollux ne jure que par moi, tous les scénarios me sont proposés en priorité.

Adèle s’installe chez nous à Paris quelques semaines en attendant de trouver un appartement. Elle s’est inscrite à la Fémis. La relève de Javot est assurée. Elle nous donne des nouvelles de Nicolas qui, lui, est au Cours Florent. Qui l’eût cru !

Et un Lion d’Or pour Éric ! Le manteau de la cheminée commence à faire bling-bling.

Premier tournage américain sous la direction de Ridley Scott. Y a pire.

Avant-Première en grande pompe à Hollywood. Succès international. Première nomination à l’Oscar de la Meilleure Actrice.

Repas surréaliste à la Maison Blanche. Alexandria Ocasio-Cortez me demande où passer des vacances tranquilles en France. Je lui conseille l’auberge de Jeanne. J’espère que les Services Secrets ne vont pas tout saccager. On rit avec Éric en imaginant Air Force One sur la piste de l’aéroport de Bourg-en-Bresse.

Le grand soir ! Red Carpet et crépitements de flash devant le Dolby Theatre. Éric et nos trois enfants me consolent. Pas besoin, je savais déjà que je n’avais aucune chance face à Meryl Streep.

L’Inde est un pays fascinant de contrastes. Et le Taj Mahal, à couper le souffle !

Oh ! Un toucan !

Chevalier et Chevalière des Arts et des Lettres !

Pour mes quarante ans, Éric me demande ce que je veux. Ouvrir une Fondation pour venir en assistance aux enfants victimes d’inceste. Ann-Kathrin me donne un sérieux coup de main en acceptant la codirection. Il me fallait une personne de confiance pour tenir les rênes de l’organisation pendant mes tournages. Inauguration six mois plus tard. Meilleur cadeau d’anniversaire ever !

Tournages / Promos / Avant-premières en mode repeat.

Au Cambodge pour le tournage d’un film d’Éric dans les ruines d’Angkor. Gros budget. J’adore mes costumes.

Nous planifions un tour du monde en Harley pour quand on aura le temps.

Nos enfants (les trois plus une adoption d’un petit Tanzanien), ceux de Jeanne et Marco, et de Natou et Sébastien jouent ensemble à se faire couler dans le lac (qui maintenant est chauffé). Nous les regardons tous amoureusement en nous remémorant avec une pointe de nostalgie comment tout cela a commencé en été 2020.

« And the Academy Award for Best Actress in a Leading Role goes to…

— Tu as l’air ailleurs.
— …
— Oh, Oh ! Élisa ?!
— Hein ? Oui ?
— Tu penses à quoi ?
— Non, à rien… Je rêvais…


La faim commençait à se faire sentir, il était temps de se plonger dans la carte du restaurant. Je traversais le patio en me demandant ce que j’allais nous commander pour qu’elle/il arrête de gargouiller.

J’allais devoir retenir mon appétit. Une sculpturale blonde maquillée à outrance venait de mettre le grappin sur Éric. Nous apprîmes plus tard qu’il s’agissait de la mère de NatouChouChérie. Ceux qui déjà avaient trouvé pittoresque la petite seraient tombés à la renverse en découvrant sa maman. C’était donc ça une cagole ! Elle était persuadée d’avoir vu Éric plusieurs fois à la télévision et voulait confirmation. Quand il a répondu à sa question, j’ai bien cru qu’elle allait exploser de joie et en faire craquer ses fringues ! Je visualisais d’avance tous ses bijoux fantaisies voler dans le patio au milieu des débris de son chemisier imprimé léopard. Je n’étais même pas certaine qu’elle ait vu un seul de ses films à dire vrai. Aucune importance, elle était marrante. Exubérante, envahissante, mais marrante. Fraîche.

Je ne sais pas ce qui m’avait le plus scotchée pour être honnête : cet ovni à l’accent russo-marseillais ou avoir entendu Éric me présenter comme « SA FEMME » ! Sa femme… Je ris intérieurement. Ça valait bien un « Je t’aime », ça !

Adriana Karembeu Alestra nous demanda comment se comportait sa fille à l’auberge, si elle était heureuse, qui elle voyait, si elle affectionnait son travail et était appréciée, et patati et patata… Des questions en mitraillettes ! Okay, envahissante et terriblement intrusive. En même temps, je peux comprendre ses craintes. J’avoue avoir souri intérieurement en imaginant ce pauvre Sébastien dévoré tout cru à la sauce Aïoli. Elle allait en faire une bouillabaisse de son Petit Prince ! J’essayais d’éluder au maximum ne sachant pas ce que Natou comptait lui dire et quel type de relation elle avait avec elle. Aussi le coup de fil que reçut Éric tomba à pic. Après quelques minutes, Il lui passa Michel Drucker, et j’ai bien cru qu’elle allait en perdre son stérilet de plaisir ! Ça a fatché sévère dans le patio. Elle revint hélas à la charge quand Éric reprit son téléphone et nous abandonna pour finir sa conversation au calme :
— Alorrrs, ma fille, tu me rrrréponds, vé ? Elle est heurrrrreuse ici ?
Je vis justement Natou traverser un peu plus loin. Je mis mon bras sur l’épaule d’Adriana et pointai le doigt en direction de ma copine pour lui répondre :
— Regardez-la Regardez son sourire et la lumière qui émane d’elle. Ne pensez-vous pas que votre petit ange a enfin trouvé sa vie rêvée ?
— Natoooouuuuchka ! Apprrrrroche !, hurla-t-elle sans même donner suite à ce que je venais de lui dire.
— Vé, Mamouch, qu’est-ce que je t’ai dit ! Laisse les clients en paix. Tu vas me faire avoir des problèmes. Elle ne t’embête pas trop, June ?
— Mais pourrrrquoi tu l’appelles June, son prrrrrénom, c’est Élisa, non ?
— Laisse tomber, Maman… Désolé, coupine !
— T’inquiète, bichette, j’ai aussi une maman, je comprends…
— Oh, mais vous êtes amies ? Tu connais des starrrrrs, ma fille… Alorrrrrs on va faire des photos. Mettez-vous là toutes les deux !
Nous nous sommes prêtées à son jeu, difficile de lutter contre elle. Beaucoup de photos. Nous deux, moi seule, Natou seule, puis avec Éric quand il se décida enfin à nous rejoindre…
— Bon, on va vous laisser, j’ai une faim de loup, moi. Adriana, j’ai été enchantée de faire votre connaissance !
— Attendez, vous n’allez pas partirrrrr comme ça ! Il me faut vos autogrrrrrraphes !


La célébrrrrrrité, c’est ça aussi !
¯\_(ツ)_/¯

Haut de page