Informations sur l’accessibilité du site

Éric Javot

Chambre 16

Ma femme m'a dit

Ils m’avaient amusé ces gamins ! Et si je faisais un film façon vblog, en caméra subjective ? Ouais, bon l’idée n’est pas neuve, mais je verrais bien un recyclage genre « Vu d’un ado »…

 

Je suis songeur devant le SMS de Bernard :

 

« Tel est pris qui croyait prendre »

 

Il a encore dû abuser de la bibine, On dira ce qu’on veut, mais il y a moins de frelaté qui font mal aux neurones dans les whiskys que dans les vodkas !

 

XX.Ext.jour/Parking de l’Auberge :

L’inspecteur descend de sa 403 décapotable sans âge, vêtu de son vieil imperméable beige. Il fait quelques pas puis s’arrête. Il regarde autour de lui semblant humer l’air alentour. Il farfouille dans sa poche et sort un mégot de cigare qu’il allume en tirant une grosse bouffée, la mine satisfaite. Il refouille dans sa poche et en ressort un carnet et un petit crayon. Il tourne les feuillets, paraissant chercher quelque chose. Il s’arrête sur une page et se gratte la tête. Il pivote vers la voiture.

 

L’inspecteur

Tu viens le chien ?

 

Un Basset Hound sort de la voiture, l’inspecteur claque la porte et va vers un homme qui passe pas loin, semblant déjà le connaître. Ce dernier (Richard) à l’air un peu agacé.

 

L’inspecteur

Heu, excusez-moi… Je peux encore vous poser une question? Je ne voudrais pas vous déranger, mais il y a quelque chose qui me chiffonne ! Vous savez ce que c’est !

 

Richard

Heu oui, lieutenant, bien sûr, je vous écoute…

 

L’inspecteur

Vous m’avez bien dit l’autre jour que vous connaissiez bien Bernard ? Que c’était un ami de longue date ?

 

Richard

Oui

 

L’inspecteur

Hum voilà, c’est ça que je ne comprends pas ? Vous le connaissez bien et vous n’avez aucune idée de ce que veut dire son message ? C’est bien ça ? Hum … Alors que normalement, depuis le temps que vous vous fréquentez, vous auriez dû comprendre ? Voyez-vous, ma femme me disait l’autre jour qu’elle avait reçu un SMS d’une amie, qui lui disait « C’est celui qui dit qui y est » et que si au début elle ne comprenait pas, finalement elle a compris, parce que l’amie était à la piscine. Vous voyez ? Moi non plus, mais c’est ma femme… Revenons à notre affaire. À votre avis, qu’a-t-il voulu dire par « Tel est pris qui croyait prendre » ? Il me semble que si j’envoyais un tel message à un grand camarade, c’est que j’aurais une bonne raison ? Vous ne croyez pas ? Or, vous ne la voyez pas… C’est embêtant…

 

Richard

Ben oui, il me semble aussi, d’habitude, aucun problème, mais là je ne comprends pas à quoi il fait allusion…

 

Lauren s’approche à grands pas et se plante devant l’inspecteur et Richard.

Lauren

 

Lieutenant, il faut que je vous parle ! Je ne peux plus me taire, des jours et des nuits que je ne dors plus.

 

L’inspecteur

Hum, allez-y, ma femme me disait justement qu’il fallait toujours écouter les gens qui veulent parler, surtout dans mon métier ! Parce que voyez-vous… Non allez-y, je vous écoute…Ma femme me dit souvent que je parle trop !

 

Lauren

Alors voilà, l’autre jour, j’étais à Bourg-en-Bresse, et dans la rue je suis tombée sur Pierre. Ça avait tout du hasard, mais maintenant, je doute très fort !

 

L’inspecteur

Pierre ?

 

Richard

Mon faux fils, le vrai de Bernard

 

Lauren (prenant une voix grave)

Richard, il est ton fils !

 

Richard

Mais voyons ma mie que dis-tu là ! Lui-même nous a affirmé le contraire et même Bernard m’a affirmé…

Ah non…

Il n’a rien affirmé…

 

Lauren

Richard, Pierre m’a avoué avoir menti, il n’avait pas encore fait les tests. Il attendait les prélèvements de Bernard ! Maintenant il en est certain ! Tu es papa ! Le sien ! À lui ! Celui de Pierre ! Tu es son père !

 

L’inspecteur (tournant les pages de son carnet)

Bon Dieu, mais c’est bien sûr ! Tout s’explique ! Voyez-vous, Bernard sachant que finalement il n’était plus le père qu’il pensait être à vos dépens, puisque vous imaginiez ne pas être le père qu’il était forcément à vos yeux, s’est vengé via ce SMS cryptique.

Tout est clair maintenant, encore une affaire rondement menée !

Quand je vais dire ça à ma femme…

Au revoir M’sieurdame…

 

L’inspecteur s’éloigne vers sa 403 d’une démarche chaloupée, toujours suivie par le basset hound. Soudain, il s’arrête, se gratte la tête, puis se retourne vers Richard et Lauren.

 

L’inspecteur

Excusez-moi, encore une question ? Ce test ADN ? Vous êtes sûrs que c’est le vôtre ? Non parce que… Enfin je ne sais pas… Faudrait que j’en parle à ma femme… Nan parce qu’elle me disait l’autre jour… Nan, mais c’est ma femme… Au r’voir Msieur…

 

Coupez

C’est pas mal, on va en refaire une par sécu…

 

 

——————

 

Je ne l’avais pas interrompu, elle a vidé son sac.

J’ai humé mon Lagavulin, odeur forte de tourbe et de cendre.

 

« Tu penses à quoi ? », me demanda Élisa

- Qu’un jour je voudrais bien pouvoir dire : « heu… Ma femme m’a dit… » répondis-je en prenant la voix de Columbo ;  je tirais une bouffée du reste de mon cigare…

 

Mood musical… ou pas…

Haut de page