Informations sur l’accessibilité du site

Éric Javot

Chambre 16

C'est ma tournée

XX.Ext.jour / Terrasse de café :

 

Richard est attablé avec Véronique, une rousse pulpeuse habillée sexy. Un serveur vient prendre la commande.

 

Serveur

Vous avez choisi ?

Richard

Un tartare pour moi, non préparé et bien saignant…

Et devant la tête étonnée du serveur 

 

Richard

Humour !

 

Serveur

Et pour madame, ce sera ?

 

Véronique

Salade du chef, s’il vous plaît, mais avec la vinaigrette à part.

Tarte aux pommes à la mode.

Serveur

Chef et pommes à la mode !

Véronique

Mais, la tarte tiède et je ne veux pas la glace par-dessus. Mettez-la à part. Vous me donnerez framboise au lieu de vanille si vous en avez, sinon pas de glace; juste de la chantilly, mais je la veux maison; si en bombe, alors, laissez…

Serveur

Heu, la tarte, je barre ?

Véronique

Non. Tarte aux pommes, mais dans ce cas, froide.

 

Le serveur s’en va…

 

Richard

Alors comme ça, Bernard me dit que tu as beaucoup aimé « un Suisse à Paris » ?

Ça tombe bien, moi aussi !

 

Véronique

Que tu es bête ! Oui, j’ai bien aimé et je me suis marrée, surtout la scène avec la vache Milka sur les Tuileries !

 

Richard

Champ de Mars, pas les Tuileries ! pfff

 

Véronique

Oui, oh ben c’est pareil. N’empêche que Champ Élysée ou champs de Mars, la scène est super marrante !

 

Richard

Ouais, ouais, ouais…

Et toi tu fais quoi dans la vie ?

 

Véronique

Oh ben c’est compliqué, mais bon en fait, si on résume…

heu…

Ben rien…

 

Richard

Ha !

Mais rien, heu ! rien ?

Où quand même un peu quelque chose…

 

Véronique

Ben je suis actrice en fait, mais heu, j’ai tourné que dans des films heu.

 

Richard

Des films quoi ?

 

Véronique

Heu ben, nue !

 

Richard

Ah, des films de cul !

 

Véronique

Non ! érotique ! Mais tu vois classe hein quand même !

 

Richard

Si tu le dis

 

Véronique

Bernard m’a dit qu’il pensait que j’avais du potentiel et qu’il allait voir si dans un autre style, il pourrait me trouver quelque chose, et c’est là qu’il m’a dit de t’appeler…

 

Richard

Ah oui, je vois…

Sacré Bernard !

 

Le serveur apporte les plats…

Couper

 

 

———————

 

Même si les effets de la canicule sont atténués ici, la journée fut genre mollassonne. La visite de samedi soir me laisse sur le cul !

 

25 ans … C’était il y a… longtemps ! C’était un autre siècle !

Alors si en plus il faut assumer ! On était jeune, on était con !

Oh putain ! Va falloir que j’en cause à Bernard ! C’est de sa faute tout ça aussi ! Et à Pollux !

 

3 heures du mat, Éric, tu devrais aller rejoindre June dans sa chambre au lieu de t’attaquer au whisky comme un con sur ton balcon…

 

Ne jamais boire seul, tu le sais bien, c’est la tristitude assurée !

 

Tiens, le veilleur de nuit est sur ses marches avec son cigare aux herbes folles ! Si j’allais le voir avec ma trousse de secours  !

 

XX.Int/ long couloir d’hôtel :

 

Plan séquence. La caméra suit dans un long travelling, en contre-plongée, Richard, habillé d’une robe de chambre et de Charentaises usées, il tient à la main une mallette de cuir sur laquelle est gravée « Emergency ». Il marche raide comme un piquet. Il pousse une porte, descend les escaliers sur deux étages. Il arrive au rez-de-chaussée. Robert Dalban est derrière son comptoir. Il lève les yeux en apercevant Richard. Ce dernier pose sa mallette sur le comptoir et l’ouvre. Deux bouteilles de Lagavulin sont savamment rangées, ainsi que quatre verres. Richard en prend deux puis semble hésiter, il choisit finalement la bouteille 16 ans d’âge.

 

Richard

Vous m’en direz des nouvelles de celui-là !

Un nectar, une merveille ! Au prix qu’il le font, le contraire serait un outrage aux bonnes moeurs !

Robert Dalban

Vous voulez que j’aille voir en cuisine s’il y a des glaçons ?

Richard

Malheureux ! Surtout pas ! Le Titanic, ça vous dit rien ?

Un gros glaçon ! c’est juste un gros glaçon qui à tout gâché !

Non ! Dans le whisky, juste une goutte d’eau, pas deux ! Juste une lichette d’eau fraîche, cela exhale les arômes, mais des glaçons ? Sacrilège !

Par contre, s’il y a un saucisson, ou un truc de la même famille pour accompagner, je ne dis pas non !

 

Robert Dalban regarde Richard de l’oeil de celui qui en a vu d’autres, va en cuisine et revient avec une planche de charcuterie…

 

Richard

Tu vois Robert ! Je peux t’appeler Robert ?

 

Robert Dalban

Ben disons que mon vrai blaze c’est Lucien, mais bon, passé une certaine heure, avec les vapeurs tourbées écossaises, le client est roi…

 

Richard

Donc ce sera Robert, t’as une tête à t’appeler Robert !

Je disais, imagine qu’y’a longtemps, genre 25 piges, alors que tu es en pleine gloire, la jeunesse te tombe dessus ! Oups, je m’entourloupe, bref tu es jeune, les journaux parlent de toi, brusquement tu es quelqu’un ! Paf ! comme ça ! du jour au lendemain ! T’as fait UN film avec quelques potes, une caméra piquée tu ne sais plus à qui ! Même que tu n’avais rien de vraiment écrit et paf ! Tu montres ça à un gars, et boum, le Bernard, il te fait monter la sauce et vla que tu passes de petit branleur, à MONSIEUR RICHARD !

Nan, mais tu imagines ?

Je t’en remets un ? Tu m’as l’air d’avoir une sacrée descente toi…

 

Robert Dalban, sa tête dans sa main se contente de prendre l’air intéressé et de hocher la tête de temps en temps

 

Richard

Alors forcément ! Dès que les journaux mettent Monsieur devant ton nom, brusquement, les gonzesses tombent comme à Gravelotte. Tu sais plus où donner de la tête, et pas que la tête…

Tu es jeune, alors, tu te laisses tenter ! Tu sais pas que 25 ans plus tard…

Tu ferais quoi toi Robert ?

 

Robert

Je ferais quoi de quoi ?

 

Richard

Ben du grand brun avec son écouvimachintruc !

Ah bah oui  ! Je ne suis pas finaud, je ne te dis pas tout !

Attends ! Faut que je te raconte !

Mais avant je t’en ressers un !

N’empêche que c’est du bon, il se boit comme du p’tit lait

Z’on de drôles de vaches en écosse.

Donc je te raconte !

La minette, elle avait des nibards à la Bardot, la tête de Marlène Jobert et un de ces cul !

Ohlalala ce cul, ce cul, je n’ai jamais rien vu d’aussi beau.

Elle voulait tourner des films, alors moi, ben, je suis gentil ! Si c’est pour rendre service ! Je lui ai fait passer des essais !

Donc maintenant tu ferais quoi, toi ?

 

Robert

Quoi de quoi ? Elle est revenue ?

 

Richard

Mais non ! Tu me fatigues Robert ! Soit à ce que je te dis !

Ah ben vi, mais je t’ai pas dit !

Bon je te dis alors, mais t’ouvres tes escourdes là, parce que…

Donc l’autre jour, ta patronne m’appelle… Elle est sympa d’ailleurs ta patronne, et puis son auberge aussi d’ailleurs, parce que moi je ne saurais pas tenir un truc pareil… Note qu’elle, elle ne saurait surement pas faire un film… Quoique… mais je m’évapore là… J’en étais où ?…

Ah oui ! Le beau brun, genre 25 ans…

Donc elle me dit…

Ta patronne, faut suivre un peu…

qu’il y a quelqu’un pour ma pomme à l’accueil !

Et là ! Paf ! Un beau brun, 25 berges à tout cassé, tu vois, genre, comment dire, tu vois Pierre Niney ?

Nan tu vois pas ? Bref, genre beau gosse à tomber !

Note bien que j’en suis pas ! Tu te doutes quand tu sais qui est dans mon lit là-haut !

Mais bon, je serais une dame, ou un peu porté chromosome Y tu vois, ben…

Bref le vla qui me dit que je le connais pas, mais que lui oui, qu’il a 24 ans… Ah oui, ça, je te l’ai déjà dit, mais ça fait pas tilt dans ta tête ?

Et oui, sa mère c’est la Véro pulpeuse qui voulait faire du cinéma…

Voilà, y me dit que c’est son fils à elle !

Tu percutes les neurones maintenant?

Et donc si c’est son fils, ça se trouve, ben moi, je suis papa !

C’est ce que sa maman lui a dit !

Moi papa !

Nan, mais t’imagines ?

Il a presque l’âge June ! Nan mais t’y crois ? Quand j’dis que je pourrait être son père…

À June hein !

Nan, je veux bien, mais on fait pas un gamin juste en deux trois culbutes, faut un peu d’amour nan ?

Moi ce que je comprends pas, c’est que normalement on mettait une capote… bon… Mais des fois dans le feu de l’action, on oubliait le thermostat ! C’est possible ça !

Donc le gamin là, y voulait savoir !

Et moi, je lui ai dit que ben, je savais pas…

Alors il a tiré un goupillon, nan pas le truc du curé, mais c’est trop dur à dire là comme mot, et y m’a causé test ADN et tout le bordel. Et moi, comme un con, je me suis laissé triturer la salive !

Et pis y m’a dis qu’il avait pris une chambre au café des Sapins en attendant les résultats, et que même y viendrait en personne me les dires !

Tu sais quoi Robert ? Si son truc ça dit OK, ben je suis dans la merde !

Tu ferais quoi toi à ma place ?

 

Robert Dalban

J’irais me pieuter, retrouver ma belle dans son lit en attendant la sentence de la science

 

Richard

Tu es un sage toi ! Je l’ai vu tout de suite ! Mais chuuuut, tu dis rien a June hein ?

 

Robert Dalban

Gaffe mec, un mensonge finit toujours par se savoir ! 

Richard

Ah ouais ! c’est pas faux ! Tellement même que c’est vrai ! Demain faut que j’y cause !

Robert Dalban 

Sage décision !  Allez je vous aide à remonter  ?

Richard

Bas les pattes jeune homme, on a sa dignité !

Je vais remonter tout seul !

Ça prendra le temps qu’il faut !

On a sa dignité oui ou merde !

 

Richard referme sa mallette, et va vers l’ascenseur, il tente de garder bonne figure le temps que la porte s’ouvre puis s’engouffre dedans. Robert Dalban le regarde d’un oeil goguenard !

 

 

 

 

Haut de page