Informations sur l’accessibilité du site

Diane

Chambre 2

Nouvelle tempête

J’ai relu le mail de Pierre. Je ne m’attendais pas à ça. Il a le don de me surprendre, je dois l’admettre. J’ai le cœur qui tambourine, il aimerait bien sortir de là pour battre plus amplement, il est à l’étroit dans ma cage thoracique. Il y a un truc qui me titille, mais quoi? Je relis.

“Tu m’as accompagné par la pensée” et jamais tu t’es dit, tiens et si je lui en parlais?

“Je m’excuse” très bien pour toi, mais qui te dit que moi je t’excuse? Depuis le temps, tu n’as toujours pas intégré?

“Promis, pour une prochaine mission en expatrié, je te demanderai avant.” J’avais donc raison de penser qu’il ne s’arrêterait pas là.

“Prenons un nouveau départ” …C’est tentant…

“au Nigeria justement” Non, ce serait un mauvais départ. Il nous faut un terrain neutre, pas celui que TU as choisi.

“S’il te plaît, ne gâche pas nos belles années passées ensemble”…

Ah oui, c’est là. C’est là que ça me fait bondir le petit cœur: ne gâche pas… Mais fallait pas commencer mon p’tit père! Non mais regarde-toi, regarde comment tu te comportes avec moi! Ça fait des années que tu me trompes, que je le sais, que tout le monde le sait, que je passe pour une sainte ou une conne - c’est selon- mais je dis que je m’en fiche, que je ne suis pas jalouse. Et c’est vrai, je m’en fous, voire ça m’arrange: au moins tu me laisses dormir quand tu rentres de tes soirées arrosées, puant le whisky tourbé. Tant que tu continues à me faire l’amour quand j’en ai envie, quand on en a envie. Mais ne viens pas dire que c’est moi qui gâche tout. Ah ça non!

Il m’a énervée ce con. Je vais faire un tour à vélo. Tiens, je ne suis pas allée voir si ma contravention était arrivée.

Corinne m’a assurée qu’elle avait fait le nécessaire pourtant, cela fait plusieurs jours que je vais au Café des Sapins pour rien. A chaque fois, ça me coûte une menthe à l’eau: j’ai des scrupules à leur avoir demandé de jouer les bureaux de poste. Je ressortais du café une nouvelle fois bredouille de toute missive, en quête d’un coin agréable en terrasse, quand j’ai entendu qu’on m’appelait. Cette voix… Je me suis lentement retournée pour faire face à… Xavier qui m’attendait sur la terrasse, à demi-assis contre le dossier d’une chaise métallique. Égal à lui-même, dans son polo rose (depuis que je lui en avais offert un en lui soutenant que le rose faisait ressortir le pétillant de ses yeux, il ne portait plus que ça!), son air très content de lui, une enveloppe à la main qu’il faisait balancer.

- C’est ça que tu viens chercher?

- Mais comment…? C’est toi..? Non, ce n’est pas toi qui relèves mon courrier?

-Non, c’est ta copine Corinne que je suis allé supplier pour qu’elle accepte de me la remettre et de me donner l’adresse.

-Et dire que je pensais pouvoir lui faire confiance!

-Ne la blâme pas, j’avais des arguments irréfutables!

-Du genre?

-Viens t’asseoir, je vais te raconter tout ça.

Il choisit une table dans un coin de la terrasse, loin du passage et du parking.

- D’abord, je voulais savoir comment tu allais. Tu as une mine magnifique, on dirait que cela ne va pas trop mal.

-Non, c’est vrai. Ça a été dur la première semaine, peut-être un peu plus. J’ai beaucoup pleuré, beaucoup réfléchi, ai beaucoup écouté mes petites voix dans ma tête.

-Ah oui? Tu en as plusieurs?

-Oh oui! Elles ne parlent pas toutes en même temps, heureusement.

-C’est elles qui t’ont dit que tu devais quitter Pierre?

-Oui.

-Pourquoi elles ne l’ont pas dit avant? Pour moi, ça fait longtemps que tu aurais dû le quitter.

-Parce qu’il y a une voix qui parle plus fort que les autres. Celle qui a besoin de sécurité, d’harmonie, que tous les autres aillent bien autour de moi. Elle a étouffé les voix qui aspirent à plus d’indépendance et de reconnaissance. Ces voix-là, je les laisse plus s’exprimer maintenant.

-Voilà qui fait plaisir à entendre. Et donc tu cherches du boulot?

-Oui. Je me sens étriquée dans mon rôle de mère au foyer. Au-delà de l’indépendance financière, j’ai besoin de m’épanouir autrement qu’en éduquant mes enfants et en tenant une maison proprette.

-Deuxième bonne nouvelle! J’espère que tu en as une troisième!

-Oh, j’en ai plein!

-Bon, moi j’en ai une bonne aussi: je vais t’aider à trouver du boulot. J’ai déjà des pistes, des contacts. Mais on verra ça à ton retour.

A ces mots, je ne suis que joie.

-Oh merci Xavier, tu n’imagines pas à quel point ça me touche! Je lui prends les mains: tu sais comme notre amitié compte pour moi.

-Oui, alors à ce propos, je t’annonce que je rends mon tablier.

Là je m’affole.

-Attends, comment ça? C’est à cause de Pierre?

-Ah non, pas du tout, c’est à cause de moi, de toi. Je suis venu ici pas seulement pour t’apporter ta contravention ni pour te parler boulot. Quand j’ai compris que Corinne savait où tu étais, j’ai foncé. Je ne voulais pas débarquer dans ton auberge, alors je t’ai attendue ici. Je n’aurai pas de troisième chance.

-Mais de quoi tu parles? Tu fonces ici pour m’annoncer que tu ne veux plus être mon ami? Fallait pas te donner tant de peine!

-Non, non, non, pardon, je m’y prends mal. Cette fois, c’est lui qui m’attrape les mains et me les pétrit nerveusement. Non, c’est que, … tu te souviens, au début qu’on s’est tous connus, toi et moi? Comme on s’entendait bien tous les deux?

-Oui, bien sûr. Mais on s’entend toujours bien.

-Tu te souviens que je t’avais proposé qu’on sorte ensemble et que tu avais refusé car tu avais trop peur de me perdre par la suite.

-Oui, c’est vrai. J’avais un peu oublié je t’avoue. J’avais tellement souffert auparavant d’avoir perdu un ami pour des histoires de cœur, que je ne voulais pas recommencer. Mais tu vois on est encore amis depuis tout ce temps. Tu es là, tu as trouvé le moyen de me rejoindre pour me soutenir, notre amitié est hyper forte!

Là, il se mit à s’énerver.

-Mais non, ça n’a rien à voir avec l’amitié! Tu ne comprends pas que suis fou amoureux de toi! Au point d’accepter le second rôle! Au point de te préserver des saloperies que Pierre te cache plutôt que d’en profiter pour te conquérir! Au point que tu croies que j’étais gay parce que je ne trouvais pas personne!

Je me reculais dans mon siège, je montai les mains au visage, effondrée de mon aveuglement, de la peine que je lui avais fait subir. Je lui avais demandé d’être témoin à mon mariage, parrain de ma fille aînée!

- Je suis désolée, je suis désolée… Je me détestais de ne pouvoir faire mieux que répéter en boucle ces mots si faibles.

-Alors maintenant, je te préviens que je compte tenter ma chance une seconde fois. Et si ça ne marche pas, je ne supporterai pas de te regarder être heureuse sans moi.

Bêtement, je pleure. Je suis à la fois touchée par la beauté de ses mots, de sa douleur et triste et en colère d’être incapable de réagir.

-J’ai pris une chambre ici, avant de repartir demain, ou plus tard, ça dépend de toi. Laisse te parler tes petites voix, il y en a qui ont de bonnes idées. Peut-être qu’il y en a une qui te dira que ça pourrait valoir le coup d’essayer. De me donner ma chance. On se revoit demain si tu veux.

Et il partit. Je le laissai partir, interdite et rentrai à l’auberge hagarde.

Haut de page