Informations sur l’accessibilité du site

Éric Javot

Chambre 16

Quand passent les licornes

Non rien de rien, non je n’ai rien écrit depuis son départ ; pas plus qu’avant d’ailleurs !

 

« Surprise » qu’elle a crié quand elle m’a vu ; ça a résonné dans ma tête comme un gong au fin fond du gouffre de Padirac.

Je ne suis pas certain d’avoir tout de suite réalisé. Elle est entrée dans ma chambre avant que je puisse esquisser le moindre geste. Elle s’est jetée sur moi et a commencé à me déshabiller.

Elle était belle, magnifique, désirable, ses lèvres partout sur moi, ses mains qui me caressaient, j’essayais tant bien que mal de suivre le mouvement, de me mettre dans le rythme.

 

Sa peau douce, ses dessus appétissants, ses dessous affriolants, le sang qui bat dans les tempes ! Aïe le con, il se trompe de chemin !

 

J’étais son désir ; moi, je rêvais d’aspirine…

Quand c’est la gueule que t’as de bois, c’est rarement autre chose !

Ce qui s’est passé après était … Fastidieux, mais était…

 

Après une bonne douche et un café paracétamol, l’existence a repris un tout autre goût.

 

Et merde ! Je suis heureux !

 

Comment tu veux pondre un truc dans ces conditions ?

Je peux rien écrire, je regarde la vie autour de moi, et je m’en fous, tout est rose au pays des bisounours. J’ai une belle qui me bouffe le cerveau. Je souhaiterais scribouiller un polar que ça finirait en « Hélène et les garçons ».

Je suis foutu tu m’aimes trop Élisa !

 

XX.Ext.Jour/ immense champ :

 

Lauren et Richard courent dans un champ immense plein de marguerites et de coquelicots. Ils se tiennent  la main. Image aux ralenties, ils rient. Ils sourient. Des licornes roses passent dans le ciel. Des papillons multicolores s’envolent à leur passage et virevoltent autour d’eux.

 

XX.Ext.jours / Plage :

 

Lauren et Richard courent toujours, ils sont maintenant sur une plage, ils sont heureux, rient, crient, dansent puis recourent. Ils s’approchent des vagues, s’arrêtent et s’enlacent en s’embrassant. Des chevaux sauvages sont aussi dans l’eau en arrière-plan. Ils se laissent tomber dans le sable encore soudé l’un à l’autre tandis que des rouleaux viennent de temps à autre les recouvrir d’écume. À travers l’étoffe mouillée, l’on devine leur peau.

 

XX. Ext. Soir /Plage :

 

Lauren et Richard sont assis sur la plage. Il y a un immense feu, Richard tourne lentement une broche sur lequel grille un grand poisson.

 

Richard (toujours tournant sa broche)

Lauren, mon amour, il faut que je t’avoue quelque chose : Tes yeux d’amour me font belle Lauren mourir.

 

Lauren

Oh Richard ! Que cela est beau!

 

Richard

Ah, Lauren, il y a autant d’étoiles qui brillent dans tes yeux que de grains de sable sur cette plage,

 

Lauren

Oh, Richard, ce sont des étoiles de mer !

 

Richard

( de temps en temps il vérifie la cuisson de la pointe de son couteau)

Lauren, mon amour j’ai fait un rêve cette nuit, nous étions tous les deux dans une grande maison pleine d’enfants, nos enfants Lauren. Ces petits-enfants que ma pauvre mère aurait tant voulu connaître. Longtemps, elle m’a supplié de lui en offrir, mais je ne te connaissais pas encore, Lauren. Je ne pouvais imaginer d’être père avec une autre que toi. Je t’ai tant attendu, tant espéré, j’errai pauvre bohémien, ivre des illusions du succès, mais tu as ouvert mes yeux en même temps que mon Cœur, Lauren.

Je veux des enfants de toi, un, deux, dix s’il le faut !

Lauren, veux-tu m’épouser ?

 

Lauren (faisant mine de s’évanouir)

Oh, Richard, c’est la plus belle nuit de ma vie. Nous, toi, le poisson et moi.

Regarde, une licorne, faisons un vœu !

Oui oui oui

Mille fois oui je veux être ta femme

 

Richard

Lauren !

 

Lauren

Oui richard ?

 

Richard

Le poisson est cuit !

 

Couper

 

—————

 

- Té Adèle chut, regarde le Javot fait sa méditation !

- Bonjour Natou ! Comment vas-tu joli soleil de Marseille !

- Bé, Bien ! Fatche ! Vous m’avez l’air en forme ! Ça fait plaisir à voir !  On va se baigner avec Adèle, vous venez ?

- Ah, Natou, l’eau fraîche je la préfère dans le pastis !

- Bé, c’est pas moi qui vais vous dire le contraire ! Bonne journée !

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Envoyer un rétrolien vers cette page

URL de rétrolien : https://auberge.des-blogueurs.org/trackback/631

Haut de page