Informations sur l’accessibilité du site

Éric Javot

Chambre 16

Ô vil âge sans prétention

Le réveil fut un peu rude ce matin ! Il ne fallait pas que je rate le train de Paris. J’ai décidé de laisser la Harley à l’auberge, ils ont un chauffeur qui a pu m’amener à la gare.

Les jours passent et ne se ressemblent pas !

Autant Le 13 fut celui du marasme, autant hier fut au final très sympathique.

C’était la fête au village. Pour être honnête, j’ai dû me mettre un coup de pied au cul pour y aller, mais je ne regrette pas !

Déjà la kermesse de l’après-midi, très bon enfant, avec des artisans du coin et aussi des dégustations. Notamment une petite absinthe locale pas dégueulasse, j’en ai pris deux flacons !

Et puis mon côté bon Cœur, je n’ai pas résisté au gamin qui voulait me vendre un ticket de tombola pour je ne sais plus quelle association, il était tellement convaincant que je lui ai acheté un carnet !

Bingo ! Avec ma chance habituelle, j’ai gagné 3 mètres de saucisses à cuire et deux bouteilles  de vin :

 

« Le coup des copains, le velours du gosier

-

Vins de différents pays de la communauté européenne »

 

Un rouge douteux dont il m’est avis que le velours du gosier doit plutôt ressembler à une charge de panzer qu’à un slow sensuel !

 

D’ailleurs, à propos de slow, c’est le bal que j’attendais…

 

XX. Ext Nuit / place de village :

 

Un orchestre et sa chanteuse en robe à paillette interprètent « Angie » des Rolling Stones. Des couples dansent langoureusement. Richard, environs 12 ans, danse avec Lauren, même âge. Ils sont un peu gauches, un peu raides, pas vraiment à l’aise.

 

Lauren

 

Tu as déjà embrassé une fille ?

 

Richard

 

Ben oui, j’ai 12 ans quand même !

 

Lauren

 

Na, mais je veux dire, avec la langue ?

 

Richard (hésitant)

 

Heu… Ben oui, je t’ai dit, j’ai 12 ans !

 

Lauren

 

Ah, ben moi aussi j’ai 12 ans, mais je n’ai jamais fait !

Tu fais comment ?

 

Richard (très mal à l’aise)

 

Ben… heu… C’est pas difficile… heu … ben tu mets ta langue dans la bouche de  l’autre et tu tournes….

 

Lauren

 

Dans quel sens tu tournes ?

 

Richard

Heu ben…

 

Lauren

 

Tu me montres ? Allez ! viens…

 

Lauren prend Richard par la main et le tir en dehors du bal en direction d’une rue sombre…

 

Fondu au noir

 

—————

 

Cela fait bien longtemps que je ne me compromets plus sur une piste de danse, mais j’aime bien me coller au bar et observer !

Il y avait beaucoup de pensionnaires de l’Auberge, et même la patronne avec sa petite fille ; elle a l’air énergique la gamine, elle ne doit pas s’amuser tous les jours sa maman !

J’ai vu aussi le chauffeur avec qui Élisa était partie, il était accompagné de deux jeunes femmes en robe à fleurs, ma foi fort charmantes ! Cacherait-il bien son jeu le monsieur ? 

Va savoir…

J’aime bien inventer des vies aux gens que j’observe.

 

Et puis là est arrivé un gars d’à peu près mon âge que j’avais déjà croisé à l’auberge, il se plante devant moi :

 

Paul Dindon

Bonjour, Paul Dindon, PD pour faire simple (et là il fait un clin d’Œil qui se veut complice) on c’est déjà vu quelque part non ?

 

Moi

Certainement à la télé, en ce moment je fais la promo de mon dernier film « L’Ibère sera rude »

 

Paul Dindon

Ah oui, ça doit être ça

Vous savez qu’il y a eu une grande actrice à l’Auberge ?

 

Moi

Ah… Heu… Hum

 

 

J’ai été sauvé par la tornade marseillaise et son mafieux qui ont débarqués, j’ai même cru que les deux gars allaient se foutre sur la gueule. J’ai voulu en profiter pour m’éclipser en douce, mais le Dindon, d’une voix de stentor à porter un toast en honneur du grand cinéaste que j’étais !

Le con !!!

Moi qui espérais rester discret ! C’est mal barré !

La tronche de la Marseillaise, Natou si j’ai bien compris, quand il a dit ça !

J’ai bafouillé un truc et je me suis enfui à un autre coin de la place !

Si on ne peut même plus espionner tranquille, faire de la sociologie de bistrot sans être pris à partie !

 

En rentrant à l’auberge, j’ai retrouvé mon Robert Dalban, je lui ai posé mes trois mètres de saucisse et les deux boutanches de pinard qui tache sur le comptoir. Il a levé les yeux de son bouquin, Endymion si j’ai bien vu la couverture. Le genre de livre que l’on ne s’attend pas à trouver dans les pognes d’un veilleur de nuit !

 

Moi

Tenez, cadeau, non non, ne me remerciez pas, je ne sais vraiment pas quoi en faire…

 

Et je me suis enfui sans lui laisser le temps de refuser…

Tout à l’heure Élisa doit venir me chercher à la gare…

 

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Envoyer un rétrolien vers cette page

URL de rétrolien : https://auberge.des-blogueurs.org/trackback/484

Haut de page