Informations sur l’accessibilité du site

Paul Dindon

Chambre 3

La Cagole et le Parigot

La Cagole et le Parigot. Photo et photomontage, Paul Dindon, juil. 2020
La Cagole et le Parigot. Photo et photomontage, Paul Dindon



J’ai froid. J’suis dans le noir. Pas normal. Faisait jour il y a deux minutes. J’ouvre les yeux. Ah, il fait jour. J’ai mal. Le souffle coupé par le choc d’une glissade. Des lambeaux de rêves mêlés troublent mon cerveau ensuqué. Je peine à respirer. Mes paupières se referment. Je suis à fois sur ce plateau télé de malheur, humilié, à la fois étendu de tout mon long, ruisselant, au bord du lac, à la fois derrière le comptoir à chanter avec mes clients :

- Moi j’essuie les verres au fond du café…

- Té ! Voilà qu’il chante. Il a tourné fada. Hoï ! Hé ! Monsieur !

- J’ai bien trop à faire pour pouvoir rêver…

- Oh ! Monsieur !, tonne la voix en m’assénant des claques sonores.

J’ouvre les yeux sur un joli minois penché au-dessus de moi. Un air d’Amy Winehouse en plus délicat, en moins fardé. Ce sont sûrement ses grands cheveux noirs coiffés en un chignon qui me font penser à la chanteuse. Elle semble effrayée.

- Bonté divine, vous êtes vivant. J’ai cru que vous étiez cané. Ça va ti ?

- Je.

Je reprends mon souffle.

- M’en voulez pas hein, pour les baffes. J’ai pas osé vous faire le bouche-à-bouche, vous pourriez être mon père. Ho ho ! Vous m’entendez ? C’est quoi votre petit nom ?

- Paul. Paul Dindon.

- Vaï. Moi c’est Natacha mais tout le monde m’appelle Natou. Allez, faut se lever !

Je roule sur le flanc et distingue les baskets de la demoiselle. Je m’accoude pour mieux voir la nymphe sortie du lac, la petite chose venue secourir le grand gaillard. Ses baskets qui clignotent, sa robe où s’entrelace une ménagerie sur fond rose bonbon, et surtout son accent chantant et ses “t” qui font “tch”. Un vrai poème.

- Ho ! Paul, faut m’aider un peu là, j’suis pas Wonder Woman. Allez, zou !

- Vous êtes un cœur, merci.

- Z’êtes trempé comme un cabillaud. Vous frottez pas tant. Toni va penser que j’ai été à une soirée mousse.

- Toni, c’est votre homme ?

- Oui. Bon, vous risquez pas le voir, il est tout l’temps en vadrouille. Il est hyperaquetif, comme on dit.

Sur le chemin qui nous mène, ma cheville étourdie, ma nymphe de Marseille et ma carcasse trempée, jusqu’à l’auberge, on parle on parle on parle, surtout elle. Elle m’en raconte plus qu’elle n’en voudrait dire, je le sens. Je n’arrive pas à la juger, je ne juge jamais les gens qui ont une âme gentille et sincère. Elle est nature peinture, comme on dit chez elle. Je préfère la gentillesse à l’hypocrisie, la sincérité à la fourberie. Et quand je vois des choses qui concernent des personnes gentilles et vulnérables, je ne peux pas m’empêcher de partager.

- Je peux vous faire une confidence ?

- Dites-moi ce que vous voulez, je suis un cimetière à moi toute seule.

- Pour la faire courte, je suis médium. Ou plutôt, j’ai eu ma période.

Ma nymphe inopinée, si prompte à bavarder, est muette comme une carpe. Les yeux ronds, elle me laisse dérouler mon CV. Je lui parle des flashes que je mets sous le tapis parce que je ne veux pas, je ne sais pas y faire, je ne maîtrise rien. Des choses que je vois sur les gens que je vois. Et puis je travaille sur ce don, j’apprends à le contrôler, à le modeler, l’interroger, à le mettre en sourdine. Et puis les rencontres, l’animateur vedette qui devient un ami et qui m’offre sur un plateau d’argent une rubrique voyance à la télé. Je deviens la coqueluche de la ménagère. Je gagne bien, très bien, ma vie. Je ne lui dis pas comment et pourquoi j’ai arrêté. Pas envie d’enlever les paillettes dans les yeux de la p’tite Natou.

Elle ressemble à une biche effarouchée. Une biche dans une robe rose bonbon et des sabots dans des baskets qui clignotent. J’ignore quelles sont ses pensées, si elle sait ce que j’ai vu la concernant elle et son Toni, elle et sa maman en couple avec son beau-frère. Je lui glisse ma vraie-fausse carte de visite. On verra ce qu’elle en fera.

- À propos d’esprits, dit-elle avant de me laisser sur le pas de la porte de ma chambre, z’êtes sûr que vos esprits sont tous bien revenus dans votre tête ?

- Ça va aller, rassurez-vous. Merci de m’avoir raccompagné, vous êtes un cœur, vraiment.

Elle pique un fard, tricote deux mèches échappées de son chignon, m’offre un sourire et une réplique baignée du soleil des Calanques :

- Amendonné vous voudriez lire dans les boules de mon Toni, ah ah ah, j’suis cougourde, dans les lignes de ma vie, sur mon Toni ?

- Quand vous voulez.

- Z’êtes tarpin gentil !

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Envoyer un rétrolien vers cette page

URL de rétrolien : https://auberge.des-blogueurs.org/trackback/402

Haut de page