Informations sur l’accessibilité du site

Natacha, dite Natou 13

Chambre 4

Oh fan de chichounette

J’ai tant d’choses à dire, j’sais pas par où commencer ! Toni me dirait « par le début Natou ! » et il aurait raison. Mais y s’est passé déjà tellement d’choses que j’en ai la tête tout ébouriffée.

Alors d’abord la soirée d’hier ! Madre de dios que c’était rome antique ! Diner en amoureux avec Toni. J’avais mis ma belle robe, celle avec l’imprimée fleurs exotiques et le décolleté dans le dos plongeant jusqu’au ras du popotin. J’ai mis mes belles sandales sur pilotis, maquillée mais pas trop, (j’ai suivi les conseils de Kim pour les soirées campagnardes). J’ai coiffé mes longs cheveux noirs en chignon sur le haut de ma teste, et laissé pendre une mèche, (exactement comme Kim). Bref, la totale ! Toni m’a dit : « Fatche ! Tes courbes me font monter la tendance ! » Avec ce regard qui me dit qu’on va être à l’heure des brousses au restaurant. « Bas les pattes monsieur Toni ! » Je lui ai dit. « Tu vas défaire l’ouvrage trop vite ! »
Nous sommes descendus comme des princes dans la salle à manger. Peu chère, cette carte ! je ne comprenais rien de ce qu’il y avait marqué dessus : « pochouse », « cramaillots », et tout à là venant ! C’est Toni qui a choisi ! Vé que c’était bon ! Cette régalade !

Après, on a été marché près du lac. Faisait frisquet, il a mis sa veste sur mes épaules. Juré craché que je me suis cru dans un film ! On s’est assis sur la petite plage et Toni m’a parlé des étoiles.

- Regarde là c’est la grande ours
- Ou ça ?
- Là, tu vois ça fait comme un grand charriot…
- Dis Toni, les étoiles ici, ce sont les même qu’à Marseille ?
- Mais bien sur ma petite cruche en sucre, les étoiles sont les mêmes partout.
- Ah bon ? Tu veux dire qu’ici, à Marseille ou en Chine c’est les mêmes étoiles ?! Comment c’est possible ça ?
- C’est comme ça ma caille, crois-moi sur parole.
- Et la lune, c’est la même aussi ?
- Boudie ! Natou, tais-toi et embrasse-moi !

Alors on s’est embrassé ! et la suite je ne vous la raconte pas, c’est privé.

Ce matin, quand je me suis réveillée avec les yeux bordés d’anchois, Toni était déjà parti courir. Il a pris le 4*4, pourquoi ? On est en pleine montagne et il prend la voiture pour aller courir encore plus loin. L’est un peu calu quand même avec sa manie de courir ! Je suis cané rien que d’y penser.
Je m’suis préparée pour le petit déjeuné mais l’était tard déjà, alors j’ai juste enfilé mon jogging rose avec les paillettes sur le côté, et enfilé mes baskets, celles qui clignotent, je les adore !
J’suis descendue, il y avait du monde sous la véranda ! J’suis allée voir. Des plateaux de cochonnailles, du fromage ! Mon ventre à fait un bruit de tuyau qu’on débouche ! Moi, J’suis végétarienne à 90%, comme Kim. Mais c’était trop le diable de la tentation. Alors j’m’suis dit : « aujourd’hui c’est les 10% »
Quand je suis arrivée dans la véranda, deux petiotes se sont plantées devant moi avec des yeux comme des billes. La plus grande m’a dit :
- Bonjour, je m’appelle Adèle, elle, c’est Mathilde et toi c’est comment ?
- Moi, c’est Natou.
- Vient Natou, je vais te présenter tout le monde.
Elle me prend la main et voilà.
- Bonjour madame Jeanne
- Oh non, Jeanne tout court s’il vous plait
- Ok, Jeanne tout court, moi c’est Natou
- Bonjour Monsieur Mathéo
- Bonjour …
Je ne sais plus tous les noms. J’oublie vite les noms, pas les figures, mais les noms ! Mon oncle qui tient le bar à Marseille ou je travaillais, il disait que j’avais de la physionomie rapport que j’oubliais jamais un visage.
Tout le monde me sourit, je souri à tout le monde, et je mange, je mange ! Je n’arrive plus à m’arrêter tellement tout est bon ! Oh pov, à m’en péter la panse ! Il n’y en a qu’un qui mangeait plus que moi c’était le Mathéo ! Un grand gars, tout sgunch. Je l’ai entendu dire que c’était parce qu’il avait mis sa bolisme très active. Je sais pas ce que c’est une bolisme mais je veux la même !
J’ai cherché des yeux monsieur Henri mais je l’ai pas vu. Peut-être que le fato tom n’a pas le droit de se mélanger à la clientèle, ou peut-être qu’il était déjà parti.
Bref j’ai mangé, j’ai barjaqué, j’ai ri. La petite Adèle m’entrainant d’un groupe à l’autre. J’ai trouvé tout le monde tellement gentil. Attention, c’est pas la fréquentation du bar de mon oncle hein, c’est plus classieux. On sent que c’est des gens qui sont plein de cultivage, tu vois. Mais pas bégueules. En tout cas ils ont été très intéressés d’apprendre que j’étais bloggeuse et que je racontais mes vacances sur mon blog. D’ailleurs merci beaucoup mes petits folovers pour tous vos messages d’encouragement. Ça me donne vraiment envie de continuer.
Après le « brunch » (j’ai appris que c’est comme ça que ça s’appelle, c’est comme un pique-nique mais dedans, tu vois) je suis remontée dans ma chambre pour faire une sieste. Là je me réveille, déjà 17h, qué dormiasse je fais et pas de nouvelles de Toni. Mais bon, de toute façon il m’avait prévenu qu’il passerait ses journées dans la montagne. Il a manqué quelque chose quand même ! Vivement ce soir, qu’on retourne au restaurant ! Mamamia, je vais devenir grosse comme un cachalot si je continue comme ça ! Tant pis ! on n’a qu’une vie comme disait ma mère (d’ailleurs faudrait que je l’appelle) ! Et là, et bien, je profite ! Et puis Toni aime les courbes qui font monter sa tendance ! Qué rire !

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Envoyer un rétrolien vers cette page

URL de rétrolien : https://auberge.des-blogueurs.org/trackback/344

Haut de page