Informations sur l’accessibilité du site

Jeanne Lalochère

l’aubergiste

Tout enfant, tu dormais près de moi, rose et fraîche

Adèle est sortie de sa chambre ce matin, portant son plus joli costume d’Innocence Incarnée.

« Bonjour ma petite maman chérie ! Comment ça va ce matin ? »

Déterminée à ne pas lui faciliter la tâche, j’ai froncé le sourcil.

« Excellente question, à ton avis, comment je vais, hum ? »

Fillette, tu en as un peu trop fait ces jours derniers ; si je laisse passer je vais le payer tout l’été (sans parler de Lucien qui boude). Gaston a récupéré la môme qui faisait l’école buissonnière lundi matin et l’a ramenée ici mais n’a pas pensé à me prévenir (il n’a pas d’enfants je parie). Heureusement une cliente, arrivée trop tôt et déposant ses bagages en consigne, m’a complimentée au sujet de l’adorable enfant qu’elle venait de croiser…

Il va sans dire que j’ai ramené la contrevenante illico à l’école. Je n’aurais pour rien au monde avoué qu’en pareilles circonstances j’aurais probablement fait exactement la même chose. Kozlika, ma première patronne devenue l’une de mes amies les plus proches, me dit souvent que la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre…

La môme me fait un grand sourire : « Maman je suis sûre que tu vas bien, l’alarme incendie fonctionne du tonnerre. »

Non mais je rêve ? On dirait bien que… Punaise, aurait-elle volontairement déclenché cette alarme pour me rassurer ? Quel volume d’angoisse ai-je laissé filtrer pour qu’une enfant de dix ans se sente le devoir de rassurer sa mère ?

« Range donc ton bol dans le lave-vaisselle et va vite t’habiller plutôt que dire des bêtises », ai-je botté en touche. Sainte Marie Jesus Joseph, je ne suis pas sortie de l’auberge. Tu te prends pour une déesse parce que tu as maîtrisé un montage financier, un chantier à rebondissements, une équipe d’olibrius, des clients en panne de wifi et tu te fais cueillir par un petit machin haut comme trois pommes (tombées pas loin de l’arbre, oui je sais…). Un petit rappel finalement bienvenu qu’on fait ce qu’on peut avec ce qu’on est, comme dirait Gabriel. Voilà Jeanne, avale la pillule et fais avec. (Waw. XXL drama queen là, Jeanne, dirait-il aussi certainement… Y a-t-il meilleur empêcheur de s’auto-apitoyer en rond qu’un grand-frère ?)

Zut, j’ai oublié de parler à Adèle du fromage qu’elle a laissé dans la chambre 16 samedi soir et que Léandre a trouvé en faisant la chambre tout à l’heure…

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Envoyer un rétrolien vers cette page

URL de rétrolien : https://auberge.des-blogueurs.org/trackback/239

Haut de page