Informations sur l’accessibilité du site

Gaston Gumowski

chauffeur-livreur

Tout se paie.

Coup de blues le soir, gueule de bois le matin.

Entre les deux, la mise à mort d’une bouteille de whisky japonais. « Et merde ! Encore un cadavre à faire disparaître… » En plus, c’est cet engin du diable qui m’a réveillé en me notifiant d’un nouveau SMS. 6 h 34, putain ! Qui peut bien être dérangé à ce point pour envoyer des messages à 6 h 34 ?! Si c’est l’auberge, c’est démission illico.
Mais, non, ce n’était pas l’auberge.

Oh mon Gaz… Je suis désolée d’avoir zappé ton anniversaire ! :-( Pardon ! Pardon ! ET BON ANNIVERSAIRE, VIEUX MACHIN ! Alors ? Maintenant que tu as ta réponse à cette fichue question, ça change quoi ? ;-) Dis, on compte passer te voir avec Léo, tout début juillet. C’est bon pour toi ? On a décidé de faire la tournée des grands ducs cette année. Je t’en dirai plus de vive voix. Je te laisse me rappeler dès que tu auras envie de parler. Je t’embrasse tout plein. (Léo itou, évidemment !)
Charlie

La frangine ingrate a enfin dû retrouver son calendrier sous sa pile de dossiers.

Mais était-ce bien la peine de me réveiller ? Drôle de façon de vouloir se faire pardonner, tiens. En guise de représailles, je lui ai renvoyé un laconique Merci Charlotte. Pas de problème pour juillet, je ne bouge pas (comme d’habitude) et vous attends. Des bises. Je me doutais que ça allait la travailler un peu. Coup de maître : la réponse n’a pas tardé, le piège a fonctionné à merveille. Revanche, Sis’ !

Wow… « Charlotte »… Gaz ? Ça va ?? Dis-moi que ça va. T’as des soucis ? Appelle-moi dès que possible. AUJOURD’HUI !! Je veux t’entendre. Fais pas le con, Bro’… Je t’aime.

Gaston, one point.

Même si elle m’a bien tapé sur le système à être toujours dans mes pattes quand elle était môme, c’est bien le plus beau cadeau que m’ont fait les parents Gum. Ce qui n’empêche pas que je vais la laisser mariner un moment, cette petite peste. J’aurai bien le temps de l’appeler d’ici ce soir. Par contre, je suis sûr que Léo a compris la manœuvre. J’espère qu’elle va jouer mon jeu.

Bon. Je fais quoi, moi, maintenant que le sommeil a mis les voiles ?

Hmmm…
Je sais !

Trouver un moyen de faire chier Henri.
Je lui dois la monnaie sur son lapin d’hier.

Et aussi prendre quelque chose contre le mal de crâne, pour commencer.
La vache…

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Envoyer un rétrolien vers cette page

URL de rétrolien : https://auberge.des-blogueurs.org/trackback/207

Haut de page