Informations sur l’accessibilité du site

Éric Javot

Chambre 16

Il n'y a pas de fumée sans cigare

Musique du moment 

 

I open my eyes, look around

I stand up, I walk, yes, I walk

Can see the sky…

 

 

Va savoir pourquoi j’ai ça en tête, il y a Sûrement un rapport avec les jeunes demoiselles du clip…

Javot, je ne veux pas dire, mais des fois tu vires franchement vieux con !

Faute de mer, je regarde le lac. Élisa allongée à mes côtés sur la petite plage est toujours aussi belle. Dommage que la température n’incite pas vraiment  au bain ; qu’il soit humide ou de soleil !

 

- Élisa, comment tu as prévu de rentrer ? Tu prends le train ou tu fais de la Harley stop ?

- Heu… Pourquoi tu parles de ça ? On a encore un peu de temps devant nous ?

- Ben parce que si tu reviens avec moi, va falloir que l’on organise le rapatriement des bagages ! T’es pas encore bien grosse, mais pour le coup c’est toi ou les valises !

- Tu sais que si je rentre avec toi, tu risques de t’arrêter souvent ! Entre l’envie de vomir et celle de pisser !

- Tu crois que ce sera mieux en train ?

- Bon oc, va pour le retour en Harley alors !

- Je préviens Totoche, il va nous organiser le rapatriement des bagages.

 

Je repose ma tête sur le sable, à côté de la sienne. Je contemple le rond de fumée que je viens de faire monter vers le ciel bleu…

 

XX. Ext.jour/plage idyllique sous les tropiques :

 

Allongé sur un transat, Richard regarde Lauren jouer dans les vagues d’une mer turquoise. Un serveur, tout de blanc habillé, amène une bouteille de champagne dans un seau de glace et deux coupes  à longue tige qui se plantent dans le sable. Il tend un cigare à Richard, l’allume et disparaît. Vêtu d’un petit bikini rouge vif mettant ses formes en valeur, Lauren sort de l’eau d’une démarche chaloupée et sensuelle. Son cigare à la bouche, Richard se redresse sur son coude et là regarde en souriant. Lauren s’approche au ralenti, des gouttes glissent sur sa peau. En arrivant à sa hauteur, elle se penche et embrasse Richard langoureusement. Richard se lève les deux coupes à la main, il en tend une à Lauren. Ils trinquent à leur bonheur, puis croisant leurs bras, chacun fait boire l’autre dans sa coupe. Ils se regardent dans les yeux et éclatent de rire. Ils plantent les coupes dans le sable, s’enlacent et se laissent tomber en roulant sur la plage…

Fondu au noir

 

XX.Ext.Jour/plage idyllique sous les tropiques :

Richard et Lauren sont allongés côte à côte, regardant le ciel, avec un grand sourire. Richard rallume son cigare.

 

Lauren

Richard ?

 

Richard

Oui?

 

Lauren

Tu es bien conscient que ça, c’est fini ?

 

Richard

Quoi ça ?

 

Lauren

À ton avis ? Je te rappelle que je suis enceinte !

 

Richard

Ça ? Tu veux dire ça ?

 

Lauren

Ça dépend de ce que tu entends par ça !

 

Richard

Ben ça quoi ? Mais je ne vois pas bien pourquoi on pourrait plus ! Tu vas pas tomber enceinte deux fois ?

 

Lauren

Ahhh ! Ça ! Meuh non gros bêta, pas de risque que je m’en passe ! Je voulais dire ça !

 

Et Lauren montre du doigt le Monte Cristo N°3 que Richard était en train de fumer !

 

Richard (inquiet)

Ça ?

 

Lauren

Ah oui, je suis formel ! Ce n’est pas compatible avec mon état ni avec le petit haricot que j’ai dans le ventre…

 

Richard

Mais…

 

Lauren (le coupant)

Tssss Ce n’est pas négociable, même en rêve ! Et puis de toute manière c’est bon aussi pour ta santé…

Allez, mais c’est bien parce que je t’aime, tu as le droit de finir ta boîte…

 

Richard laisse s’échapper vers les cieux un gros rond de fumée que la caméra suit par le dessus, montant haut dans le ciel jusqu’à ce que Richard et Lauren ne soient plus que deux petits points perdus sur l’immensité de la plage.

 

Couper

———-

 

Je crois que j’ai dormi, Élisa est penchée sur moi et me regarde en souriant.

- Je t’aime

- Moi idem !

 

Bon, il me reste 15 cigares, cela devrait me permettre de tenir jusqu’à la fin du séjour et après j’arrête…

Du moins j’essaye…

 

Au dîner de ce soir, j’ai demandé à Natou d’amener une enveloppe à June, vers le dessert comme si cela avait été déposé à son intention par un mystérieux messager. Je jouais les surpris devant sa tête légèrement inquiète.

- Tu crois que c’est Pierre ?

- Je sais pas, ouvre…

Natou, intriguée, et que j’avais mis dans la confidence, attendait derrière pour voir la réaction, avec deux coupes de champagne cachées dans son dos.

Élisa dégrafa l’enveloppe, dedans, il y avait 2 billets pour Venise, départ le 19, retour le 25…

Le sourire sur son visage valait tous les bonheurs du monde !

- Et Akikazi et Ann-Kathrin devraient nous y rejoindre, j’ai tout prévu !

 

Natou nous présenta le plateau avec les deux coupes.

- Té les z’amoureux il faut trinquer maintenant !

- Merci, Natou, mais Éric, le champagne, dans mon état, c’est pas très raisonnable, non ?

- Ben té quel état, pourquoi tu ne pourrais pas le champagne ?

 

Oupssssssssss

Haut de page