Informations sur l’accessibilité du site

Côme de la Caterie

Chambre 9

Attendre, Attendre…

poste.jpg, août 2020
Pas trouvé de photo de la poste de Pollox

Dimanche après-midi j’ai croisé June-Elisa… La meuf dont-il-ne-faut-pas-parler-mais-dont-on-a-causé-dans-un-canard-people de Javot…
Elle descendait l’escalier, je montais l’escalier… Une métaphore de nos vies peut-être ? Faut que j’arrête ça. Je ne la connais pas, elle ne me connait pas, ignorons-nous !
Pourtant, comme dans un vieil ascenseur, nos vies se sont arrêtées entre deux étages. Ou plutôt, dans l’escalier, June-Elisa s’est arrêtée. Devant moi. Volontairement. A bloqué ma montée. Dans l’escalier. M’a collé contre le mur.
Enfin… Je me suis décalé pour qu’elle puisse passer et… Et je me suis retrouvé collé contre le mur.

Je ne saurais pas dire exactement ce qu’il s’est passé. June-Elisa m’a regardé droit dans les yeux. Elle a voulu rendre son regard expressif. Plus exactement elle a froncé les sourcils genre Tu vois que je suis en colère non ?
C’est sûr que si elle refait un tel regard dans un film, on ne parlera pas de performance d’actrice. Ou alors ce sera dans la même catégorie de la Cotillard qui meurt dans Batman. Des millions de vues sur YouTube, mais est-ce la gloire à laquelle une vraie actrice aurait envie de goûter ?
Je pense qu’elle a voulu me faire passer un message… t’es un pauv’ type ! va te faire soigner et ne m’adresse plus la parole !
Ou peut-être devais-je comprendre t’arrêtes de faire le con, sois aimable !
Comme quoi, question jeu d’actrice, c’était pas clair-clair…
Elle a serré les poings. Je l’imaginais dans un trip “grab the crotch” prôné par les féministes anti-mecs en réponse au harcèlement de rue…
Un dernier regard, la paupière lourde style j’espère que tu as compris…
Je ne sais pas quel film elle s’est fait dans sa tête… Elle s’est peut-être imaginée en Alien et moi en Ripley…
Pas grave, à la fin c’est Ripley qui survit.
Elle s’est détachée de moi… Nous nous sommes séparés. Toujours fâchés bien sûr.
Et dans ma tête j’entendais Michel Fugain chanter : Il rentra chez lui, là-haut vers le brouillard / Elle est descendue là-bas dans le Midi.[1]
J’ai réprimé un fou-rire. Fugain versus Alien… Tellement en décalage…
Faut qu’elle arrête de se faire des films c’te fille…

Rester positif. Dessiner un sourire sur mon visage mais surtout ensoleiller mes pensées…
Cet intermède faussement cinématographique ne devait pas, ne pouvait pas m’atteindre.
Être soi, fier de l’être et heureux.
Se souvenir encore et toujours des mots de Brel…


Lecture de fin d’après-midi sur le balcon… J’ai entendu les derniers échos du barbecue, là-bas près du lac… De la musique, des rires… Je crois avoir reconnu Ginette des Têtes Raides… J’ai remis mes écouteurs, lancé l’iPod… Perfect day[2]

Just a perfect day
You made me forget myself
I thought I was
Someone else, someone good…


Lundi matin, comme je le lui ai promis, je suis descendu à Pollox pour téléphoner à Maman.
Tout en marchant, je chantonnais Attendre Attendre [3]

Un jour s’en vient,
Un jour s’en va,
J’attends quelqu’un
Tu ne viens pas…
Sur le rivage
Le temps se traîne…

A la poste, j’ai composé le numéro une fois, deux fois…
La troisième fois j’ai laissé sonner jusqu’au déclenchement du répondeur.
Allo Maman, c’est moi, c’est Rémi. Je voulais prendre de tes nouvelles mais… J’espère que tu vas bien. T’avais rendez-vous chez le médecin ou des analyses peut-être ? J’ai envie d’entendre ta voix… Rappelle-moi dès que tu rentres à la maison : je te laisse le numéro de l’auberge. C’est le 03 84 41 ** **. je répète : 03 84 41 ** ** Tu demandes Monsieur Côme. Pas Rémi. Je t’expliquerai… Donc Monsieur Côme au 03 84 41 ** ** Bisous Maman. Prends soin de toi. Bisous.

Je suis rentré à l’auberge mais… Le soleil, mon soleil s’était un peu voilé… Je sais bien que Maman doit aller régulièrement faire des visites et des analyses de contrôle mais logiquement… Elle m’avait dit que le laboratoire était fermé jusqu’à la semaine prochaine. Et son médecin ne rentre que le 01 septembre…
Dans mon iPod, Les absents ont toujours tort [4]
J’ai éteint l’iPod.

Notes

[1] Une belle histoire - 1972

[2] Lou Reed, bien sûr ! - 1972

[3] Mélina Mercouri - 1971

[4] Louis Chedid - 1983

Haut de page