Informations sur l’accessibilité du site

Jeanne Lalochère

l’aubergiste

Au matin

« Maman ?

— Oui ma puce ?

— M’appelle pas ma puce, j’ai 10 ans maintenant !

— OK mon cœ… OK. Oui Adèle ?

— Elle arrive bientôt Charlie ?

— Elle t’a dit qu’elle partait il y a dix minutes, donc elle arrive dans dix minutes à peu près.

— J’ai trop hâte ! J’ai bien vu qu’à mon anniversaire tu voulais dire non pour qu’elle m’emmène en trial. Tu as changé d’avis parce que je suis triste que le Dedushka est mort ?

— Oui un peu, mais aussi parce que j’ai confiance en Charlie.

— D’accord. C’est pour ça que tu veux pas trop parler avec les clients ? Pour pas être triste s’ils meurent ?

— C’est très rare les clients qui meurent à l’hôtel quand même ! C’est surtout pour rester professionnelle mais oui c’est un peu aussi pour ne pas être triste quand ils s’en vont.

— Je comprends. Maman ?

— Oui mon pouss… Adèle ?

— Tu l’aimes bien Marco ?

— Oui.

— …

— Et toi ?

— Avant oui.

— Avant quoi ?

— Je sais pas. Je pourrai appeler Papa aujourd’hui ?

— Évidemment ! Depuis quand tu as besoin de me le demander ? Tu l’appelles quand tu veux. Tu lui téléphoneras en rentrant pour lui raconter ta virée avec Charlie ?

— Oui. Je mets le t-shirt bleu ou le vert ?

— Le vert, tu auras moins chaud sous le blouson de moto avec un t-shirt à manches courtes.

— Maman ?

— Oui bich… Adèle ?

— Il est où là Marco ?

— En bas. Il m’attend pour que je le ramène chez lui puisque hier soir il est venu avec le combi.

— Ayé je suis prête. Dommage que les tresses que m’avait fait Faustine se soient défaites. Est-ce qu’en plus de faire des réparations il veut le réaménager ? Ça me plairait pas. Je veux garder toutes les banquettes pour pouvoir être beaucoup dedans. Je ne veux pas un combi où on dort. Je préfère les camping-cars. Pourquoi tu rigoles ?

— Pour rien, je pensais à autre chose. Écoute, on n’a pas parlé du tout de réaménager l’intérieur. Si j’y pense un jour, je t’en parlerai avant. C’est moi qui déciderai mais on en discutera avant. Ça marche ?

— Ça marche. »

(Elles font semblant de cracher dans leurs paumes et se serrent solennellement la main, sortent de l’appartement, dévalent les escaliers.)

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Envoyer un rétrolien vers cette page

URL de rétrolien : https://auberge.des-blogueurs.org/trackback/853

Haut de page