Informations sur l’accessibilité du site

June East

Chambre 17

Charlize motherf*ckin Theron

Quand j’ai ouvert la porte de ma chambre sur Isaac hier, je me suis doutée d’une mauvaise nouvelle. Les bonnes, il ne peut pas s’empêcher de les teaser par téléphone. Sinon, il se déplace en personne. « Et tu fais le chemin pour que j’ai des bras dans lesquels pleurer, ou pour jubiler des douleurs que tu infliges ? T’es un ange ou un sadique ? ». C’est con les actrices parfois. Un peu comme s’il nous était impossible de garder tout le mal que nous nous prenons dans la gueule et qu’il nous fallait un bouc émissaire sur lequel déverser le trop-plein. Pour la modique somme de dix pour cent, l’agent sert aussi de punching-ball.

Charlize Theron a eu le rôle. Charlize mo-ther-f*-ckin Theron herself !

P*tain, fait chier.

Je n’irai pas le voir ce foutu biopic. Hors de question. Entendre Charlize Theron minauder « The score never interested me, only the game », ça va pas être possible. F***ck !

Le pire, c’est que je me suis plantée : Isaac n’a pas fait le trajet avec une mauvaise nouvelle… Mais avec deux ! Il a longtemps cherché ses mots et bafouillé pour m’annoncer que des fouille-merdes avaient réussi à mettre la main sur de vieilles photos de moi. Il a été prévenu par la rédaction d’Entrevue, ce torchon qui s’est empressé de les acheter. Le scandale est imminent et inévitable.

Direct, je suis allé vomir aux toilettes.

Pas la peine de me préciser quelles photos, je sais. Ça ne peut être que celles du shooting fait à La Maison Favart. Des photographies de charme plus ou moins érotiques pour lesquelles j’ai accepté de poser afin de payer ma formation au Cours Florent. Karma is a bitch ! Un jour ou l’autre, faut assumer les conséquences et casquer l’addition. La note est salée quand même. À la mi-juillet les kiosques de France seront achalandés de papier glacé de mauvaise qualité où s’étalera mon anatomie sous toutes les coutures. Je ne peux même pas plaider le viol, j’ai signé, on me dira que je l’ai bien cherché. Et internet ! Oh f*ck ! J’y avais pas pensé. Papa, qui redoute qu’on me propose un rôle dénudé et que j’accepte faute de mieux, va avoir le choc de sa vie. Plus j’y songe, plus je vois les répercussions. L’angoisse.

Intérieur jour. Élisa, allongée sur le ventre, la tête sur les jambes d’Isaac, adossé contre la tête de lit. Il lui caresse le bras et les cheveux. Moteur, Action. Silence. Nous sommes restés comme ça jusqu’à la fin de l’après-midi. Sans un mot.

J’ai fait ma valise pendant qu’Isaac enchaînait les coups de téléphone et les cigarettes sur le balcon. « Il ne faut pas tarder si on veut être à Paris avant minuit ! ». Pas envie d’être à Paris. Pas envie d’être nulle part d’ailleurs. Il est reparti seul. À Paris avant minuit ? Sinon quoi, sa voiture se change en citrouille ? De Mae West à Cendrillon. Le grand écart entre ces deux femmes est vertigineux. Ma marraine la fée est une p*te.

Adieu Mae West. F*ck ! Fait chier.

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Envoyer un rétrolien vers cette page

URL de rétrolien : https://auberge.des-blogueurs.org/trackback/320

Haut de page